Espace Presse

CP Plan Pauvreté : investir dans la transition écologique et sociale de nos modèles de développement

CP Plan Pauvreté : investir dans la transition écologique et sociale de nos modèles de développement

COMMUNIQUE DE PRESSE – 13 septembre 2018

Plan Pauvreté : investir dans l’insertion pour la transition sociale et écologique de nos modèles de développement

Attendu depuis plusieurs mois, le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé le plan pauvreté du quinquennat ce jour au musée de l’Homme. Le discours est clair : sortir de la pauvreté c’est passer d’une logique « d’assistance » à une logique d’insertion, support de la réforme du revenu universel d’activité. Le Réseau Cocagne, composé de 130 structures d’insertion par des activités économiques environnementales (maraîchage biologique, espaces verts, filières alimentaires bio…) se félicite de cette volonté de s’appuyer sur le secteur de l’IAE et appelle la gouvernance du futur « service public de l’insertion » à soutenir les innovations du secteur pour la transition sociale et écologique de notre économie.

L’insertion au service de la prévention de la pauvreté et d’une économie des biens communs

Le Président de la République a rappelé les trois piliers de sa politique : le projet productif, le projet éducatif et le projet solidaire et humaniste. Il considère que l’insertion sera au cœur de sa politique de réforme structurelle de l’Etat providence du XXIème siècle. Chacun devra faire sa part pour partir à la construction du « bien commun ».

Force est de constater que l’intensification de la pauvreté éloigne les personnes tous les jours un plus d’un retour au « marché du travail » toujours plus exigeant, exclusif, intimidant pour les personnes que nous accompagnons vers l’emploi. Ce sont aussi les pauvres qui sont les premières victimes de la dégradation environnementale de nos conditions de vie. Les problématiques de cette pauvreté entretiennent désormais des liens étroits avec les crises écologiques. Nous constatons, à Cocagne, comment la précarité alimentaire devient massive avec un français sur cinq qui a du mal à se nourrir sainement.

Comment accompagner les personnes vers un emploi et une qualité de vie durable ?

Le réseau Cocagne se félicite d’un soutien nouveau au secteur de l’insertion par l’activité économique avec la création de 100 000 postes supplémentaires. Le débouché de l’insertion doit être, pour les bénéficiaires, le plus possible celui d’une économie inclusive et durable.

Mais il doit aussi permettre de préparer notre pays aux enjeux de notre temps, tels ceux de la transition écologique et sociale de l’économie des territoires : services à la personne et aux territoires ruraux, filières de l’économie circulaire, filières de l’agriculture biologique et de l’alimentation durable.

Le recours accru à l’insertion est indissociable d’une politique de transition de nos modèles économiques et sociaux, comme notre secteur a toujours su le faire par le passé, sur le tri sélectif, les logements sociaux écologiques, la gestion douce des milieux naturels, le recyclage des équipement usagers, … dont nos confrères ont été les initiateurs, sans oublier les paniers de légumes bio hebdomadaires dont nous, Cocagne, avons été les pionniers !

Quelle place et quel soutien concret aux acteurs associatifs de l’insertion pour ce changement d’échelle de lutte contre la pauvreté ?

Le Président de la République a annoncé la création d’un service public de l’insertion en rappelant que les dépenses de RSA ont cru de 80% en 10 ans alors que celles de l’insertion baissaient de 50%. Il annonce un « réinvestissement » de l’Etat dans ce secteur avec notamment 500 millions d’euros dédiés à l’accompagnement.

Tous les jours, les équipes de direction et d‘encadrement des Jardins et Entreprises Solidaires Cocagne se battent pour trouver de nouveaux moyens de financement de leur mission d’insertion, en accueillant des publics de plus en plus éloignés de l’emploi (troubles psychiatriques, migrants etc.). Tous les jours, elles constatent les conflits de pilotage de la politique entre l’Etat et les collectivités de référence, sources d’inégalités territoriales incompréhensibles.

Le Réseau Cocagne appelle de ses vœux une réforme profonde de la gouvernance de la politique par les pouvoirs publics dans le cadre d’un véritable dialogue civil avec les réseaux constitués à tous les échelons de territoire. Il appelle notamment l’Etat à concrétiser rapidement la négociation avec la Commission Européenne sur la mobilisation du Fonds Social Européen pour la prise en charge forfaitaire des coûts d’accompagnement (un différentiel négatif de 7K€ au moins par poste d’insertion). Il appelle les collectivités à renforcer et pérenniser leurs financements de modernisation des équipements productifs du secteur, notamment dans le champ agricole, de ses capacités d’ingénierie de nouveaux projets au service des territoires et des personnes précaires.

Pour aller plus loin : voyage presse le 28 septembre :  illustration des enjeux de transition sociale et écologique des territoires par l’insertion par l’activité économique sur les sites de l’Ecopôle Alimentaire (Pôle Territorial de Coopération Economique) et de l’Archipel nourricier (lauréat national PNA 2018 catégorie justice sociale) : détails et inscription sur www.urlz.fr/7G4z

Contact presse : Angélique Piteau, chargée de communication, 06 63 44 61 29
communication@reseaucocagne.asso.fr