Non classé

D’un nouveau logiciel « Gestion adhérents » aux enjeux des nouveaux systèmes numériques pour les Jardins ?

D’un nouveau logiciel « Gestion adhérents » aux enjeux des nouveaux systèmes numériques pour les Jardins ?

Depuis 15 ans les jardins de cocagne utilisent à 70 % un logiciel développé par un bénévole. Cet outil, d’après une enquête menée en 2016 répond globalement de manière satisfaisante. Toutefois, des améliorations sont à apporter pour 75 % des utilisateurs. Après des années d’attentes non satisfaites sur l’actualisation de cet outil, et, d’autant plus que l’économie numérique devient un support systématique des offres d’intermédiation alimentaire y compris à dimension sociale, il est temps d’en faire une priorité.

En effet, au-delà des fonctionnalités du logiciel, il est stratégique pour les Jardins de Cocagne de repenser globalement leur système numérique. Le contexte est totalement différent de celui qui a entouré la conception du logiciel « gestion adhérents » 15 ans auparavant.  Les adhérents et toutes les parties prenantes d’un jardin (salariés, producteurs, clients, partenaires publics…) sont désormais connectés à internet depuis un smartphone, une tablette ou un PC et utilisent ces outils pour un nombre croissant d’échanges économiques ou d’actions sociales ou militantes. Même si l’offre panier reste une valeur sûre et la base du modèle de vente et de distribution des jardins, ces derniers se diversifient et le besoin d’un logiciel permettant de gérer l’ensemble des échanges commerciaux se fait de plus en plus pressant (par exemple les ventes paniers, ventes hors paniers, vente conserves, prestations diverses, gestion points de vente, boutique en ligne…). A l’avenir, un Jardin de Cocagne, en tant qu’acteur d’une filière locale de l’alimentation solidaire, pérennisera son action s’il développe des coopérations avec des adhérents-paniers, des producteurs bio, les salariés, des bénévoles, des collectivités, des entreprises…

Néanmoins, suite à une enquête menée fin 2016 auprès des adhérents du Réseau, la décision a été de travailler en priorité le domaine des ventes et de la relation adhérent panier-jardin. En ce sens, un cahier des charges va être très bientôt finalisé et va permettre de négocier avec des prestataires externes. En tant qu’acteur de l’ESS, le Réseau Cocagne privilégie le logiciel libre qui rend possible la participation de toutes et de tous à l’amélioration d’un outil collectif, qu’il s’agisse de prestataires voire de bénévoles. Il préférera nécessairement un logiciel web (application) disponible partout en ligne.

On le voit, au delà d’un simple outil de gestion des ventes de paniers, l’ambition poursuivie par le Réseau est bien de proposer aux jardins un outil plate-forme qui permettra à terme d’activer par chaque jardin des modules à la demande : gestion des ventes de panier avec ou sans produits complémentaires, gestion des ventes directes (magasins, restauration collective, …), gestion de points de vente, outil de communication newsletter, SMS, réseaux sociaux vers la communauté du jardin, outil de consolidation de stocks disponibles en produits locaux et bio et de mise en vente pour la filière locale, module d’entraide pour les parcours professionnels des salariés en CDDI, etc.