Missions d’un Jardin de Cocagne

Missions d’un Jardin de Cocagne

Crédits photo : Christophe Goussard

La mission d’un Jardin de Cocagne n’est pas de former spécifiquement au maraîchage. Le maraîchage biologique est ici utilisé en tant que support pédagogique et de remobilisation pour des personnes éloignées de l’emploi.

Pendant leur contrat, les Jardiniers en parcours d’insertion acquièrent ou révèlent des compétences, transférables à d’autres domaines d’activité, notamment dans les secteurs dits porteurs ou en tension : bâtiment, restauration, grande distribution, etc. et qu’il s’agit de repérer afin de les valoriser et faciliter l’orientation de la personne.

Les problèmes personnels représentent un des premiers freins à l’emploi. Parvenir à les identifier chez les personnes accueillies par les Jardins et évaluer régulièrement leur niveau de résolution permet une meilleure prise en compte de cette dimension sociale dans le travail.

Paroles de Jardiniers :

« Le travail de la terre, c’est la vie. Tout ce que l’on met dans la terre, ça nous fait vivre. »

« Au Jardin, on a suivi mon rythme. C’est pour cela que j’ai évolué. »

« Si on m’avait dit ce que je deviendrais, je ne l’aurais pas cru. »

«J’étais mal dans ma peau, c’est tout juste si j’arrivais à m’aimer. »

« J’ai pu revoir des personnes, j’ai repris goût à la vie. Ça nous aide et redonne de l’élan. »

« Créer des relations avec des gens, avant, je savais un peu que ça se faisait, mais je n’en avais pas… Ici, c’est l’école de la communication. »

Participation au débat sociétal sur le travail

Quelle est la place du travail (ou de l’activité) dans l’individualité et dans le rapport aux autres ? Quel est le rôle de l’insertion par l’activité économique dans l’inclusion sociale des individus ? Comment insérer des personnes dans une économie qui les a abandonnés ? Quelles sont les mutations du travail à prévoir ou à espérer pour une meilleure inclusion sociale ?

Le Réseau Cocagne a créé le blog “C’est quoi ce travail” afin d’inviter les acteurs mobilisés autour de la question de l’emploi, de l’insertion et du travail (professionnels, universitaires ou institutionnels), à contribuer au débat.