Non classé

« Plan serres, plan filières »: ce que nous voulons pour les Jardins, ce que nous faisons en tant que réseau

« Plan serres, plan filières »: ce que nous voulons pour les Jardins, ce que nous faisons en tant que réseau

« Plan serres, plan filières »: ce que nous souhaitons pour les Jardins, ce que nous faisons en tant que réseau.

L’assemblée générale a été l’occasion pour le président, Dominique Hays, d’annoncer le partenariat national avec le « Fonds des bois » d’Emmanuel Faber, premier financeur privé du « plan Marshall Serres » engagé fin 2016, avec 1 million d’euros. Un mois plus tôt, nous présentions au Salon de l’agriculture sur le stand de l’Agence bio notre projet contributif au développement de filières de proximité bio solidaires à partir d’exemples issus du Réseau Cocagne. Cette contribution fut jugée pertinente et éligible pour l’appel à projet du fonds Avenir Bio de structuration des filières. Depuis, une équipe projet composée de Véronique Meloni, Thierry Pimond et Sébastien Hebrard a eu la lourde mais passionnante tâche de mobiliser tous les adhérents sur leur projet d’investissements à la fois en serres mais aussi en développement territorial de filières (transfo, logistique, distrib…).

Au final, des dizaines d’heures de travail pour un dossier de près de 500 pages (uniquement pour la présentation des projets) cumulant plus de 6 millions d’euros d’investissements potentiels pour 47 jardins étalés sur 4 années. Un projet de mandature parfaitement en phase avec les orientations stratégiques du réseau Cocagne pour la dynamique du changement d’échelle (cf. projet « Maison Cocagne ») actualisé en janvier dernier autour des enjeux de transition écologique et sociale de l’alimentation (2018-2022).

La commission réunie pour l’occasion, sous l’égide de Denis Mulliez, François Chapon et Dominique Hays, a établi un principe de répartition des sommes allouées cohérente et équitable afin de soutenir tous les types de jardins dans leur projet de développement de production et de commercialisation. Dans un temps contraint, l’enjeu technique était de récupérer les documents les plus précis pour l’éligibilité du dossier (plan de financement, devis, descriptif projet etc.). L’objectif du mois de mai pour « Avenir bio » est de participer au premier appel à projet de l’année pour être sûr d’enclencher un potentiel de 500 K€ sur les 2 années 2018-2019, puis 500K€ en 2020 et 500K€ en 2021 dans le cadre des instructions reçues par l’Agence pour ce projet Réseau Cocagne. Il a fallu ensuite modéliser ces investissements sur une projection pluriannuelle tenant compte autant que possible des réalités et prévisions de réalisation pour chaque jardins sur une base de financement de 2,5 millions (1 million sûr du Fonds des bois, 1,5 million possible d’Avenir bio).

Ce que nous souhaitons pour les Jardins est bien de pouvoir répondre à leurs besoins concrets de support d’insertion afin qu’ils puissent sécuriser leurs outils de production et leur modèle économique à court et moyen terme. Ce que nous souhaitons en tant que Réseau est bien de mettre en perspective les besoins avec une stratégie nationale – sinon la plus collective possible – de développement économique et social de long terme pour nos structures d’IAE.

Nous voudrions remercier tous les adhérents qui ont participé à cette première étape d’identification et de priorisation des besoins. Nous avons constaté logiquement la grande diversité des projets (taille, nature, territoire, avancement, partenariat etc.). Ces spécificités doivent être prises en compte dans un accompagnement de réseau que nous voulons à la fois participatif et structurant. Notre partenaire, France Active, dans le cadre d’un mécénat AG2R, nous a aidé ainsi à fixer des critères de questionnements et de vigilance sur les projets compte tenu des situations économiques des jardins (taux d’endettement, capacité d’auto-financement etc.). Une fois déposé ce dossier le 18 mai, lequel a été présenté au cabinet du Premier ministre et au ministère de l’agriculture, nous devrons engager la deuxième étape avec une nouvelle analyse des projets et de leur financement dès 2018 sur la base acquise du financement « Fonds des bois » et du financement attendu « Avenir bio ».

Le CA national du 25 mai débattra d’une méthode qui associe les Jardins dans un travail entre pairs et avec les permanents et experts mobilisés. Car il s’agit bien d’accompagner les Jardins dans une dynamique de consolidation – changement d’échelle – la plus structurante possible en termes de modèles économiques de production et de développement. Ce croisement de regards et d’analyses semble le plus fécond pour éviter de logiques d’expertises purement « descendantes » ou bien des demandes logiquement « guichet » d’adhérent à réseau. Nous continuerons par ailleurs à chercher des moyens supplémentaires et d’articuler les autres financements (Carrefour, Vinci, FAPE edf, Bruneau…) en complémentarité / renforcement des projets adhérents.

Nous reviendrons donc vers vous prochainement, notre équipe projet reste à votre disposition pour les suites techniques de vos projets.

Journee3_Semaine-Porteurs-de-Projets_nov2014 (7)