Actualités

- Dossier de presse : Territoires d’innovations sociales – épisode 1 – Pas de Calais

DP-28.sept.2018-TerritoiresInnovationSociale

Chômage, pauvreté, inégalités territoriales, … : a-t-on vraiment tout tenté ?
L’innovation Cocagne prouve le contraire

« On a touché le fond de la piscine. Nous sommes le résultat d’une politique très productiviste qui a pressé le territoire comme un citron. Si nous allons plus vite, plus loin que les autres, c’est juste parce que nous avons besoin de rentrer dans une logique de résilience. » affirme Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle, en guise d’accueil de cette journée d’étude.

A l’annonce du plan pauvreté, que nous apprend ce retour d’expérience d’une ville marquée par le déclin de l’industrie minière ? Loos-en-Gohelle est devenue un laboratoire de la transition écologique et sociale, un laboratoire d’idées. C’est exactement ce qu’ambitionne d’être le Réseau Cocagne. Parce que les questions de travail, de précarité et d’exclusion sociale liées à la perte de son activité habitent les équipes des Jardins de Cocagne qui y sont confrontées au quotidien partout en France.
Si « L’expérience fonde la connaissance », le Réseau Cocagne propose alors de mettre en lumière sa connaissance de terrain pour inspirer les politiques publiques, tant à l’échelle nationale que territoriale. Le Pas de Calais est donc le 1er territoire à faire l’objet d’un voyage d’étude, ce ne sera pas le dernier, les expériences inspirantes sont nombreuses au Réseau Cocagne !

Voici presque 30 ans qu’est né le Réseau Cocagne, choisissant d’utiliser comme support d’insertion le maraîchage biologique. La reconnexion à la terre a des bienfaits thérapeutiques qui aide les personnes accueillies, parfois brisées par la vie, toujours peu confiantes en elles, à se régénérer, à se reposer dans l’activité face à un monde du travail toujours plus exigeant.

Mais, au delà de ces bienfaits, comme le rappelle Jean-François Caron, « la question alimentaire et agricole a beaucoup d’impacts : santé, emploi, économie, qualité de l’eau, de l’air, biodiversité, le bien-vivre ensemble, des enjeux culturels et le plaisir de ce qu’on mange. » La filière alimentaire bio est donc une entrée de choix pour faire société et inventer une économie inclusive et durable. Dans le train de la transition, chacun doit pouvoir prendre place.

Dominique Hays,
Président du Réseau Cocagne

Télécharger la publication (PDF, 3 MB)