Non classé

« Tero Loko », une réponse globale d’accueil et d’insertion

« Tero Loko », une réponse globale d’accueil et d’insertion

Tero Loko a pour mission d’accueillir des personnes réfugiées ayant bénéficiées de l’asile en France, ou tout autre public en situation de fragilité, et de leur permettre de se reconstruire et s’insérer dignement et durablement sur un territoire rural, tout en participant à sa dynamisation.

Le projet vise à créer en Isère un dispositif complet d’accueil et d’insertion, composé de :

-1 lieu d’accueil et d’hébergement ouvert sur le territoire, d’une capacité de 12 appartements partagés,

-1 chantier d’insertion spécialisé dans la boulangerie et le maraichage biologique, et qui créé 18 emplois, dont 12 en parcours d’insertion bénéficiant d’un accompagnement socioprofessionnel dédié.

Ces différentes dimensions participeront à redonner et renforcer le pouvoir d’agir aux personnes accueillies. C’est aussi en faisant vivre un lieu qui favorisera l’échange, la rencontre et le partage entre les habitants du territoire et les personnes accueillies.

Une expérimentation innovante

34 000 migrants fuient chaque jour leur foyer à cause de conflits et de persécutions, En France en 2017, 30% des 100 412 demandes d’asile enregistrées à l’OFPRA obtiennent une protection.

Après plusieurs années de travail et de bénévolat dans des structures d’accueil de demandeurs d’asile, Lucie Brunet, Adeline Rony et Marie Rouillard, co-fondatrices du projet Tero Loko font un triple constat : les centres d’hébergement sont souvent peu ouverts sur le territoire et contribuent à isoler les personnes ; de plus en plus de réfugiés viennent du milieu rural et leurs compétences agricoles ne sont pas valorisées ; certains territoires ruraux font face à une problématique de désertification.

Ce projet, déjà cité dans le rapport Taché sur l’intégration (2018), est né pour expérimenter une réponse globale à ces 3 enjeux. Il représente également une innovation partenariale, puisque le projet bénéficie de l’accompagnement concerté de deux réseaux historiques : Emmaüs France, acteur majeur de la lutte contre l’exclusion et le Réseau Cocagne, spécialiste de structures maraichères biologique à vocation d’insertion socioprofessionnelle.

Pour le Réseau Cocagne, il représente une expérimentation à double titre : l’accueil et l’insertion dédiée aux publics issus de parcours d’exil ; l’expérimentation d’un modèle économique d’ACI (Atelier Chantier d’Insertion) reposant sur une double activité…

Tero Loko sur la Fabrique Aviva : le vote de la catégorie « Projet Citoyen » qui ne concurrence aucun projet du Réseau.